Connectez-vous

Monde

Omicron : course à la vaccination autour du monde

Publié

le

Le « raz de marée » Omicron, comme l’appelle le Premier ministre britannique, submerge le Royaume-Uni et tous les adultes doivent obtenir une dose de rappel avant la fin du mois. De longues files d’attente se sont formées hier devant les centres de vaccination et des centaines de militaires ont été mobilisés pour gérer l’affluence et aider le personnel sanitaire.

Au parlement, les mesures font l’objet d’une âpre bataille politique. Au sein même de la majorité de Boris Johnson, certains ont vertement critiqué les restrictions.

Même rush de fin d’année en Norvège où la consommation d’alcool dans les bars et les restaurants a été suspendue et où de nouvelles règles ont été mises en place dans les écoles. Le télétravail est plus qu’encouragé, il devient obligatoire dans les entreprises où il est possible. Le pays se bat lui aussi contre la montée du variant Omicron ; ces mesures vont être en place pour quatre semaines.

Le Danemark fait lui aussi avancer son programme de vaccination pour permettre à tous les plus de 40 ans de recevoir une troisième dose de rappel. Le Danemark est le deuxième pays au monde, après le Royaume-Uni, en nombre des cas confirmé d’Omicron. Dans ces deux pays, un système très sophistiqué de séquençage d’échantillons permet une détection rapide des variants.

Chine


Et jusqu’en Chine, il a été rapporté un cas du variant Omicron dans la ville de Tianjin, au Nord. L’évolution de la situation est suivie de très près par les autorités qui continuent de préparer les Jeux Olympiques d’Hiver, prévus pour février.

Depuis sa découverte en Afrique courant novembre, ce variant s’est déjà diffusé dans plusieurs pays, ce qui laisse craindre qu’il se répande au niveau mondial.


Les premières études montrent que le variant présente de nombreuses mutations, ce qui pourrait laisser craindre qu’il puisse notamment échapper à la réponse immunitaire. Sa contagiosité, sa dangerosité et sa résistance au vaccin sont des inconnues qui inspirent l’inquiétude.


L’hôpital Bambino Gesù de Rome a publié une première image ​du nouveau variant montrant qu’il présente beaucoup plus de mutations que le variant Delta actuellement dominant. D’autres études nous diront si cette adaptation est neutre, moins dangereuse ou plus dangereuse​, ont précisé les chercheurs.

                                                                                                                                         Louisa-Carla(coll)

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *