Connectez-vous

Santé

Bénin/Lutte contre le Sida:le cri d’alarme des PVVIH

Publié

le

Le Réseau béninois des associations des personnes vivant avec le Vih/Sida (REBAP+) a lancé jeudi 16 décembre 2021 la quinzaine de la journée mondiale pour le Sida à Godomey. Une occasion pour les responsables de faire des doléances aux autorités compétentes.

Les membres du Rebap+ réclament une nette amélioration de la prise en charge. Valentin Nassara, le président de ce réseau a exprimé ses préoccupations au sujet des conditions de vie des personnes vivant avec le Vih/Sida. Face aux hommes des médias, il a évoqué les difficultés liées à leur prise en charge.
Au nombre de celle-là, il a parlé du manque criant de molécules dans les centres. Il a révélé que c’est un casse-tête pour les malades d’obtenir à tant produits. Pour Valentin Nassara, certains patients parcourent des fois des kilomètres sans avoir gain de cause. « Sur certains sites, on donne une semaine, deux semaines pour donner des médicaments », a-t-il déclaré.

Il n’a pas manqué de citer certains hôpitaux comme celui de Mènontin ou des molécules se font rares. « Avec cette situation, peut-on en finir avec le Sida d’ici 2030 ? », s’est-il interrogé. Au regard de ces problèmes, Valentin Nassara a souhaité que la prise en charge soit améliorée sur toutes ses formes. Aussi a-t-il demandé la disponibilité en nombre suffisant des anti-rétrovirus pour mieux prendre des patients.
Le président du Rebap+ invite les autorités compétentes à renforcer les actions des associations pour plus de sensibilisations au profit des personnes vivant avec le Vih.
C’est d’ailleurs l’une des raisons d’être du réseau qui organise la quinzaine de la journée mondiale pour le Sida. Cette initiative vise, entre autres, à mettre fin au Vih/Sida d’ici 2030, finir avec des inégalités. A travers les différents programmes de cet évènement, les organisateurs comptent impacter les malades qui sont l’auto-stigmatisation.
Au Bénin, les personnes séropositives sont victimes de nombreux maux : la stigmatisation, la violence verbale et de commérages. Selon les statistiques jusqu’au 31 décembre 2020, le Bénin a enregistré 75000 personnes infectées.

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *