Connectez-vous

Monde

Donald Trump va lancer « Truth-Social » le 21 février

Publié

le

La future plateforme a été présentée par l’ex-président américain comme une alternative à Facebook, Twitter et YouTube.

Chassé comme un malpropre des principaux réseaux sociaux, l’ancien président des Etats-Unis, Donald Trump, va lancer sa plateforme le 21 février prochain. « Truth Social » est la maison mère du réseau social de Donald Trump. Cette plateforme a été présentée comme une alternative à Facebook, Twitter et YouTube. Mais elle devra faire face à la concurrence. L’ancien président des Etats-Unis a été banni de Facebook et accusé d’avoir incité ses partisans à la violence avant l’assaut du Capitole, le 6 janvier 2021.Trump Media & Technology Group (TMTG) s’est allié à Digital World Acquisition Corp, pour lever 293 millions de dollars en septembre à Wall Street. Les deux groupes ont ensuite annoncé, début décembre, avoir obtenu un autre engagement à hauteur d’un milliard de dollars.

Au total, en retirant les frais de transaction, TMTG dispose ainsi d’environ 1,25 milliard de dollars pour partir à l’assaut de ses concurrents sur le marché, déjà très encombré, des réseaux sociaux. Gettr, lancé début juillet par l’ancien conseiller de Donald Trump, Jason Miller, mais aussi Parler & Gab se sont déjà positionnés auprès des sympathisants de l’ancien président comme garants de la liberté d’expression, échappant à la censure des réseaux sociaux prisés des ultra-conservateurs. La concurrence s’annonce rude sur le marché, déjà très encombré des réseaux sociaux.

Advertisement

L’ancien président veut ainsi «résister face à la tyrannie des géants des technologies», qui ont «utilisé leur pouvoir unilatéral pour réduire au silence les voix dissidentes en Amérique», a déclaré Donald Trump dans un communiqué. «Nous vivons dans un monde où les talibans ont une énorme présence sur Twitter alors que votre président américain préféré a été réduit au silence. C’est inacceptable», déclarait-il en octobre.

Donald Trump s’est rapidement remis en campagne depuis qu’il a quitté la Maison Blanche. De meetings en communiqués, il soutient les candidats qui lui sont fidèles en vue des élections clés de mi-mandat («midterms») de novembre 2022, un œil tourné vers 2024. Facebook a annoncé, le 4 juin, la suspension de l’ancien président américain, Donald Trump, pour deux ans, et que les personnalités politiques seraient désormais sanctionnées comme les autres utilisateurs quand elles enfreignent les règles du réseau social, notamment en cas de désinformation. L’ex-président américain ne pourra revenir que quand les « risques pour la sécurité du public auront disparu », avait précisé la plateforme.

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *